La quadrature du cercle

Publié le 19 Avril 2014

La quadrature du cercle

Comme vous le savez déjà, ou pas encore, depuis 6 mois et demi j'attends un bébé.

Evidemment, quand on voit ce que j'ai pu écrire par le passé sur les enfants et la maternité, y'a de quoi se poser des questions sur ma stabilité mentale.

Oui j'ai changé d'avis.

Et comme on dit, y'a que les abrutis qui changent pas d'avis ! NA!

Quoi qu'il en soit, même si les hormones me permettent de faire face à mes angoisses, j'en ai encore quelques unes qui me collent bien à la peau.

Faut dire que dès qu'on annonce à son entourage qu'on est enceinte, instantanément les mères se sentent obligées de te parler de leur grossesse compliqué/accouchement douloureux/ premiers mois de bébé épuisants.

Merci les filles, ça rassure c'est sympa.

Non je plaisante, je suis bien contente de savoir dans quoi je me suis engagée en fait. Avoir des copines qui donnent des conseils suite à leurs différents soucis ça peut être pratique si jamais j'ai le même problème.

Pour l'instant j'avoue j'ai de la chance. Rien des cataclysmes qu'on m'a raconté ne m'est encore arrivé: pas de matins vomito, pas de contractions précoces, pas de fatigue insurmontable (d'façon j'suis toujours fatiguée donc ça change pas)...

La fatigue c'est bien le truc qui me fait le plus peur. Moi qui suis la réincarnation d'une marmotte narcoleptique, c'est clair que j'ai intérêt à pas avoir une BABI comme ma copine Kiara qui nous explique bien les soucis qu'elle affronte au quotidien avec sa petite Bichette sur le site Drôles de mums (voir ci-dessous).

Si notre bébé était pareil, je sais pas comment je réagirais, je sais pas où je trouverais la force, je sais pas si j'aurai toute cette patience... c'est bien ce qui m'inquiète.

Même si c'est un bébé gros dormeur, même s'il pleure peu, même s'il fait ses nuits dès la maternité (mais bon ça c'est pas un vrai bébé, c'est une poupée faut pas se faire d'idées), même si c'est un ange, j'ai toujours peur de mon comportement et de comment je réussirai ou pas à m'en occuper.

C'est légitime, je sais, on se pose tous cette question pendant a grossesse. Et puis une fois lancé, quand on a pas le choix, on compose et on fait au mieux.

Une de mes collègues a mis au monde une petite puce y'a 2 mois. Je l'ai eu au tel cette semaine, complètement épuisée, stressée, culpabilisée face à ce petit bout qui a des reflux gastro-œsophagiens et qui du coup souffre et dort peu, ne permettant pas à la maman d'être d'attaque pour s'occuper de sa puce comme elle aimerait.

En fait c'est ça: savoir gérer la frustration de pas pouvoir faire ce qu'on aimerait. Car dès que l'enfant arrive, ce petit être nous contraint à revoir nos idéaux et à composer avec lui (ses besoins, ses envies, ses désirs...)

Alors je vais faire comme d'habitude quand je dois affronter une nouvelle situation stressante: je vais me faire confiance.

Je vais me convaincre que comme tout le monde j'y arriverai, parce que je suis pas plus bête qu'une autre et que SURTOUT j'ai un Chéri qui m'aidera et ne me jugera pas si je fais de travers.

C'est ça aussi la maternité. trouver la quadrature du cercle

Rédigé par Alias AKA

Repost 0
Commenter cet article

Ker Mary 19/04/2014 18:45

Ne t'inquiètes pas ça se fera, il faut juste prendre les jours les uns après les autres et toujours se rappeler qu'avec les enfants c'est une question de phase. Du jour au lendemain ça peut changer alors que tu as l'impression que tu n'en verra jamais le bout. Si tu savais le nombre de fois où je me suis repeter "ce n'est qu'une phase, ce n'est qu'une phase"

Alias AKA 19/04/2014 19:40

Merci Ker Mary pour ton soutien et l'astuce. J'essayerai de m'en souvenir quand à 3h du mat' faudra faire le bib' de nuit ! :)